CO2e/CO2eq : qu’est-ce que c’est ?

Dernière mise à jour : 20 févr.

CO2e, COeq, éq. CO2… Les abréviations ne manquent pas pour définir l’équivalent dioxyde de carbone. Mais savez-vous ce qu’est réellement « l’équivalent CO2 » ? Nous vous expliquons dans cet article son rapport avec les gaz à effet de serre, pourquoi avoir créé cette unité de mesure de l’empreinte carbone et comment l’évaluer.


gaz_CO2_foret

Qu’est-ce qu’un gaz à effet de serre ?


Les gaz à effet de serre (GES) sont des gaz naturels présents dans l’atmosphère terrestre. Ils sont d'origine naturelle (vapeur d’eau) ou anthropique (c’est-à-dire liés aux activités humaines).


La particularité des GES est leur capacité à emprisonner les rayons du soleil. Ils absorbent ainsi le rayonnement infrarouge émis par la surface de la Terre et le ré-émettent dans l’atmosphère. Ce phénomène d'effet de serre naturel permet la stabilisation de la température à la surface de la Terre à un niveau convenable pour la prospérité de la vie sur la planète.


C’est l’accroissement constant et exponentiel de la concentration des GES depuis le 19e siècle qui pose problème. Il est l’un des facteurs les plus remarquables à l’origine du réchauffement climatique.


Ce constat a amené les pays à conclure des accords pour limiter les émissions de gaz à effet de serre dits « additionnels » dans l’atmosphère. Le premier d’entre eux, le protocole de Kyoto, a été signé en 1997 par 37 pays industrialisés. Il engageait ainsi les plus gros émetteurs de GES dans un objectif de réduction de 5 % des émissions de GES par rapport aux niveaux de 1990 à échéance 2008 - 2012. Ce protocole a été ratifié par un total de 168 pays en 2010.


Six gaz à effet de serre sont suivis dans le cadre du protocole de Kyoto :

  • le dioxyde de carbone (CO2) ;

  • le méthane (CH4) ;

  • le protoxyde d'azote (N2O) ;

  • l’hexafluorure de soufre (SF6) ;

  • les hydrofluorocarbures (HFC) ;

  • les perfluorocarbures (PFC).


Les gaz à effet de serre se distinguent entre eux par leur pouvoir réchauffant et leur durée de vie dans l’atmosphère. Mais ces données propres à chaque gaz sont-elles comparables pour quantifier leur impact sur l’effet de serre ?


La réponse est oui, en utilisant un « équivalent CO2 ».


Qu’est-ce que l’équivalent dioxyde de carbone ?


Créé par le GIEC, l’équivalent dioxyde de carbone (équivalent CO2) est l’unité de mesure utilisée pour comparer les émissions des gaz à effet de serre sur la base de leur « potentiel de réchauffement global » (PRG).


Le PRG exprime donc le pouvoir de réchauffement d’un gaz à effet de serre, en tenant compte de la durée pendant laquelle il reste actif dans l’atmosphère.


Le dioxyde de carbone étant considéré comme le gaz de référence, son PRG est fixé arbitrairement à 1. Le PRG est actuellement calculé pour 100 ans, durée de vie du CO2 dans l'atmosphère.


Ainsi, les PRG des autres GES sont mesurés relativement au CO2, sur une période de 100 ans.


Différentes abréviations existent pour désigner l’équivalent CO2 : eqCO2, éq. CO2, CO2e ou CO2eq). Mais, par ailleurs, on entend aussi souvent parler de l’« équivalent carbone ». Il ne s’agit pas tout à fait du CO2e, qui lui, prend en compte dans son calcul la quantité globale de gaz carbonique. Alors que l’équivalent carbone ne mesure que le poids de carbone (l’élément chimique C) contenu dans le CO2 émis.

Un kilogramme de CO2 contient 0,2727 kg de carbone seul.

L’équivalent carbone du CO2 vaut donc : PRG (CO2) x 0,2727, soit 0,2727.


Pour les autres gaz, l’équivalent carbone vaut :

équivalent carbone = PRG relatif x 0,2727



Le tableau récapitulatif suivant indique pour chacun des six GES suivis dans le cadre du protocole de Kyoto, leur durée de vie, leur PRG sur une échelle de 100 ans, leur équivalent carbone et l’origine des émissions (source : 4e rapport du GIEC de 2007 - valeurs de référence actuelles).

tableau_comparatif_GES

Pour illustrer ce tableau, une tonne de méthane (CH4) a un pouvoir de réchauffement global 25 fois plus élevé qu’une tonne de CO2, sur une période de 100 ans. Ainsi, chaque tonne de méthane est comptabilisée comme 25 tonnes d’équivalent CO2 dans les bilans des émissions de GES.


Pourquoi utiliser l’équivalent CO2 ?


Lors du protocole de Kyoto, l’équivalent CO2 a été créé pour comparer les impacts des différents gaz à effet de serre en matière de réchauffement climatique et de cumuler leurs émissions.


Seule une comparaison fiable des émissions de GES permet d'envisager des plans d'action et stratégies adaptées à une activité, une organisation, une population voire un état.

La mesure de cette pression sur l’environnement est indispensable pour faire des choix et établir les priorités : est-il préférable d’éviter d’émettre 1 kg de CO2 ou 1 kg de méthane ?


Le CO2eq permet ainsi d’analyser les évolutions des différents GES sur le long terme et déterminer quelles activités ou quels flux en sont générateurs.


Le calcul du CO2eq se réalise sur l’ensemble du cycle de vie d’un produit ou service :

  • recherche et développement ;

  • production (récolte, fabrication, conditionnement ...) ;

  • distribution (transport, réfrigération...) ;

  • consommation (transports des courses vers le foyer, tri des déchets, recyclage final...).

Cette mesure permet ainsi de prendre en compte la totalité des émissions et ne se limite donc pas à une aire géographique (ou un pays).


reduction_CO2

À partir de ces résultats, la mesure des émissions de gaz à effet de serre permet notamment :

  • de définir une politique environnementale ;

  • d’identifier des actions concrètes à mettre en place ;

  • de se situer dans son secteur d’activité ;

  • de réaliser une action citoyenne ;

  • d’évaluer sa dépendance aux GES pouvant entraîner une réflexion sur sa stratégie de développement.


Enfin, pourquoi mesurer les émissions de gaz à effet de serre ? Tout simplement, parce que la loi l’impose !

Un bilan de gaz à effet de serre (ou BEGES) est obligatoire pour :

  • les entreprises de plus de 500 salariés (250 dans les régions et départements d'outre-mer)

  • les collectivités de plus de 50 000 habitants,

  • les services de l'État

  • les établissements publics de plus de 250 agents.

Le bilan carbone et le BEGES ne sont pas légalement obligatoires pour les autres entreprises et structures. Ils sont à l'appréciation morale de leurs dirigeants.


Pour une information plus complète, nous vous conseillons la lecture de notre article sur le bilan carbone.


Comment calculer la quantité de CO2eq ?


Que vous souhaitiez agir en tant qu’entreprise, collectivité ou particulier, votre première source d’informations pour évaluer votre empreinte carbone est le site de l’ADEME dédié au bilan GES. Vous y retrouvez des bases de données, des ressources documentaires, des informations réglementaires (à jour), et surtout des guides et méthodologies pour analyser et mettre en œuvre les stratégies nécessaires à l’atteinte de vos objectifs de réduction d’émissions de GES.


De plus, il existe plusieurs outils gratuits pour effectuer un calcul rapide de son impact carbone :

  • Le calculateur de la Fondation Empreinte Carbone (Global Footprint Network), outil global de mesure de l'empreinte écologique de l’homme sur la planète. Il s’agit d’un des calculateurs les plus reconnus (mais en anglais). Il est par ailleurs à l’origine du calcul annuel du Jour du dépassement de la Terre et de la notion de « quantité de Terres » nécessaires si tout le monde vivait comme vous.

  • Le simulateur Nos Gestes Climat, développé par l’ADEME et l’Association Bilan Carbone (ABC), permet d'évaluer l'empreinte carbone individuelle annuelle totale et par grandes catégories (transports, alimentation, logement…).

  • La fondation GoodPlanet, créée et présidée par Yann Arthus-Bertrand, propose des calculateurs CO2 pour particulier (pour évaluer un prochain voyage par exemple), entreprise et évènement.

  • L’outil de pilotage Carbo est une solution SaaS (Software-as-a-Service) de mesure et de communication de son empreinte carbone. 100 % en ligne, il se veut accessible, ludique et robuste pour permettre aux entreprises de toute taille de formaliser leur engagement climat.



Enfin, en tant qu'entreprise, vous pouvez aussi vous faire accompagner par des professionnels pour l’évaluation de votre bilan carbone. Un prestataire membre de l’association ABC vous garantit les compétences nécessaires pour la réalisation dans les règles de l’art de bilans carbone au profit des tiers. Vous pourrez ainsi fièrement afficher, au fur et à mesure de vos études annuelles, le logo « Bilan Carbone », gage du suivi avec succès de la méthodologie du Bilan carbone de l'ABC (et ce, qu’elle ait été réalisée par un expert indépendant ou en interne).



N’hésitez pas à consulter notre équipe spécialisée pour plus de renseignements !



L'équipe Foresteam


112 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout